À propos

Le projet « La traductologie et ses revues » présente – en accès libre – une base de données qui propose un répertoire des revues scientifiques traductologiques existantes à travers le monde, ainsi que des articles de contenu sur ces revues.

Responsable du projet : Natalia Teplova (Université Concordia, Montréal, Québec, Canada)

Équipe d’étudiants-assistants de recherche : Juliette Blin, Alexandra Hillinger, David Mein (Université Concordia, Montréal, Québec, Canada)

Conception technique du projet : Équipe médiatique du Laboratoire NT2

 

La genèse du projet « La traductologie et ses revues »

Notre projet émane de trois observations principales faites durant plus de 10 ans d’enseignement universitaire aux cycles supérieurs à l’Université Concordia (Montréal, Québec, Canada), ainsi que durant deux mandats de direction d’une revue scientifique en traductologie (TTR [Traduction, Terminologie, Rédaction] – Études sur le texte et ses transformations).

 

- Les étudiants qui commencent leurs études en traductologie confient à leurs professeurs qu’ils ignorent comment chercher de manière efficace les revues scientifiques traductologiques non-occidentales. En effet, même si au Canada les mémoires de maîtrise et les thèses de doctorat sont rédigés en français ou en anglais, ces travaux peuvent porter sur diverses langues-cultures passées ou présentes. Telle était la situation, par exemple, d’une des étudiantes de maîtrise du programme de traductologie du Département d’études françaises de l’Université Concordia, qui étudiait l’histoire de la traduction littéraire au Japon. (Notons que les bibliothèques universitaires au Canada offrent aux étudiants en traductologie des « Guides de recherche », toutefois, seules quelques grandes revues occidentales y figurent.)

 

- Les traductologues ne cessent de remarquer que la traductologie, bien qu’elle existe comme discipline universitaire sui generis depuis près de 40 ans, éprouve toujours des difficultés à être reconnue nominalement par les agences subventionnaires, entre autres. Ces chercheurs doivent encore souvent expliquer ce qu’est la traductologie et/ou s’inscrire dans des champs connexes, tels que la linguistique ou la littérature comparée, lors des demandes de subvention.

 

- Les revues scientifiques traductologiques sont classées par les index, les répertoires, les bases de données et les agrégateurs sous divers domaines, ce qui dilue la visibilité de la discipline et de ses revues.

 

 

Objectifs principaux du projet « La traductologie et ses revues »

 

À travers le site du projet, nous visons, entre autres, les objectifs suivants :

 

- Aider les étudiants en traductologie, les chercheurs, les bibliothécaires, les membres des associations scientifiques en traductologie, les membres des associations professionnelles de traduction et d’interprétation à localiser plus facilement les revues scientifiques traductologiques existantes à travers le monde (peu importe le pays, la langue ou l’importance des revues).

- Donner aux collaborateurs des revues une plate-forme pour s’exprimer et entamer un dialogue sur des questions en lien avec la production et l’utilisation des revues scientifiques en traductologie.

- Sensibiliser les agences subventionnaires, ainsi que les responsables des index, des répertoires, des bases de données, des agrégateurs de contenu qui mentionnent les revues scientifiques traductologiques à la nature de la discipline et aux enjeux des revues qui la représentent.

- Accroître la visibilité de la traductologie en tant que discipline et de ses revues.

 

Les étapes du projet « La traductologie et ses revues »

 

La première étape consistait à vérifier la faisabilité du projet et à constituer une liste des revues scientifiques traductologiques qui existent à travers le monde. Pour ce faire, nous avons d’abord établi une liste de pays, en nous servant du site de l’ONU. Pour chaque pays, nous avons identifié les universités où la traductologie est enseignée, ainsi que les associations savantes en traductologie, si elles y existent.

 

Lors de la deuxième étape, pour chacune des revues trouvées, nous avons créé une fiche selon le modèle suivant :

Fiche Revue

Titre

Langue(s)

Année de fondation (AAAA)

Arrêt de publication (AAAA)

Affiliation lors de la fondation

Affiliation en date de création de la fiche

Mandat

Statuts

Comité de rédaction lors de la fondation

Directeur

Membres du comité de rédaction

Comité de rédaction en date de création de la fiche

Directeur

Membres du comité de rédaction

Nombre de numéros par année

Accès libre Oui

Oui, avec barrière mobile

Non

Format        Papier

Numérique

Indexée dans

Lien(s)

 

La troisième étape visait la création du site web du projet, dont la conception technique a été assurée par l’équipe médiatique du Laboratoire NT2 du centre de recherche Figura.

La quatrième étape comprenait la saisie des données et la rédaction des textes destinés au site, dont le premier article pour l’onglet « Revue à la une ».

La cinquième étape demandait une revérification, notamment auprès des revues, des données de chaque fiche-revue.

 

Remerciements

Initialement, nous avons mentionné le concept de notre projet au comité de rédaction de la revue TTR, qui nous a encouragée à développer notre idée. Puis, nous avons pu présenter l’esquisse du projet lors du colloque international tenu à Guanzhou, en Chine, en 2014. L’idée fut accueillie chaleureusement par les collègues participant à ce colloque. Nous aimerions remercier tout particulièrement Carol O’Sullivan dont les étudiants avaient d’ailleurs créé (parallèlement et indépendamment de notre travail) une ébauche d’une liste des revues traductologiques pour le site de la European Society for Translation Studies (EST).

Nous tenons à remercier l’équipe médiatique du Laboratoire NT2 pour la conception du site. C’est grâce au soutien financier du NT2 et de Figura (antenne Concordia) aux étapes initiales du projet que nous avons pu nous lancer dans sa réalisation.

Nous n’aurions pas pu accomplir le travail sans l’équipe d’étudiants-assistants de recherche dévoués au projet : Juliette Blin, Alexandra Hillinger, David Mein (Université Concordia, Montréal, Québec, Canada).

Nous remercions Mona Sacuu pour la conception du logo de notre projet.

Nous aimerions citer les noms d’autres collaborateurs qui ont participé à la réalisation du projet : Amélie Bruno, Lina Forget, Catherine Landreville, Lucie Marcelin, Frédéric Saucier-Naveros, Laura Schultz, Jing (Jessica) Yu.

N’oublions pas Éthel Gamache, bibliothécaire de l’Université Concordia, qui nous a appuyée dans la diffusion de notre site.

 

Appel à contributions

Le projet « La traductologie et ses revues » est un travail collaboratif.

N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez inclure votre revue à la base de données du site ou si vous désirez modifier l’information qui s’y trouve.

Le projet étant disponible en libre accès, n’hésitez pas non plus à inclure le lien à notre site dans vos blogs, vos propres sites web. Encouragez votre département et vos bibliothécaires à l’inclure dans la liste des ressources destinées aux étudiants en traductologie. Pour toute suggestion, n’hésitez pas à nous contacter :     

tsjournals@gmail.com

natalia.teplova@concordia.ca